fr / eng

≥ SKOLTZ_

Artiste médiatique, photographe, réalisatrice, Dominique T Skoltz partage son temps entre ici et ailleurs, entre création sur commande et création libre. Son travail polymorphe porte une signature qui le distingue instantanément, peu importe ses avatars. On le reconnaît à ce regard vif, sensible, braqué le plus souvent sur l’invisible et fasciné par les interstices entre l’hypermaîtrisé, le détraqué, l’intime et le clinique. Elle a signé plusieurs installations, performances et films qui fouillent le rapport organique entre le son et l’image en tandem avec l’artiste Kolgen. Que ce soit en Asie, en Europe, en Amérique du Sud ou en Amérique du Nord, les oeuvres de Skoltz_Kolgen, souvent inclassables, se sont imposées dans le circuit des arts médiatiques. Ces œuvres ont été présentées dans plus d’une cinquantaine de festivals, événements et musées, dont ISEA, la Biennale de Venise et Transart en Italie, Transmediale à Berlin, Sonar à Barcelone, Sonic Acts à Amsterdam, Cimatics à Bruxelles, Némo à Paris, E-arts à Shanghaï, Mutek (Canada-Mexique-Chine), Elektra, le Musée d’art contemporain de Montréal, pour en nommer quelques-uns. Au fil des ans, plusieurs de ses œuvres ont été récompensées dans de prestigieux concours ou ont trouvé leur place auprès d’institutions importantes. Le concours Lux et les magazines Applied Arts et Communication Arts ont salué son travail à plusieurs reprises. Flüux:/Terminal s’est méritée une mention d’honneur au prestigieux Prix Ars Electronica. Ether fait désormais partie de la collection du Centre Georges Pompidou à Paris, et le film-poème Silent room, qui a été récompensé au Festival du film et de la vidéo indépendants de New York et Los Angeles, fait partie de la collection de la Cinémathèque québécoise. Le lancement du coffret d’art et du dvd Silent Room – récompensé aux prix Qwartz –, a cristallisé l’essence de son travail performatif. Dominique T Skoltz continue ces jours-ci à manipuler autant la matière organique que numérique. Elle pratique une sorte de cinéma mutant qui occupe simultanément de nombreux territoires aux frontières poreuses : fotocinétique, animation, performance, installation, art sonore, vidéoclip. Sa pratique synergique questionne l’élasticité du temps, triture les perceptions et s’articule entre l’intention et l’accident. Architecte d’intériorités, Dominique T Skoltz s’intéresse à la substance inexprimable de la vie.


 

 

 

 

 

 

::: / foto by laurentg